L’entretien motivationnel, c’est quoi ? 

L’entretien motivationnel est une technique de communication visant à augmenter la motivation intrinsèque d’une personne et son engagement vers le changement. Toute personne souhaitant réaliser un changement de comportement vers de nouvelles habitudes, peu importe la nature du comportement à changer, peut bénéficier de l’entretien motivationnel. Elle vise à augmenter l’autonomie du client en le laissant créer son propre plan d’action, selon ce qui le motive. 

Utilisation en kinésiologie

Le kinésiologue souhaite vous accompagner vers un changement d’une habitude liée à sa pratique d’activité physique. En faisant ressortir les avantages de bouger, il est possible de créer des objectifs motivants et réalistes qui répondent aux besoins de chacun. 

Chaque personne a des motivations différentes pour réaliser de l’exercice physique. Que ce soit pour évacuer du stress, augmenter l’estime de soi, augmenter sa performance dans un sport, la saine gestion du poids ou simplement pour retrouver un sentiment de bien-être général, le kinésiologue sera en mesure de mettre en lumière tous les avantages de bouger pour chaque individu. Ces avantages seront différents selon le stade de changement de comportement où vous vous situez. 

Les étapes d’un changement de comportement

Pour tout changement de comportement, on retrouve des étapes clés par lesquelles chaque individu doit inévitablement passer. Les voici, selon le modèle de Prochaska et coll. 

La pré-contemplation : Vous n’avez pas l’intention de changer et elle perçoit plus de désavantages que d’avantages à changer. La prise de conscience face au changement est incomplète. 

La contemplation : La personne a l’intention de changer à moyen terme, soit dans les 6 prochains mois. Elle est ambivalente; elle perçoit autant d’avantages que de désavantages à changer. Elle a une faible confiance en soi par rapport au comportement, mais est plus ouverte à la prise de conscience. 

La préparation : La personne a l’intention de changer à court terme, soit dans le prochain mois. Elle peut déjà avoir entrepris une action vers le changement (exemple : achat d’une paire de souliers).  

L’action : La personne a entrepris le changement depuis moins de 6 mois. Elle a besoin de support, puisque le risque de rechute est élevé à cette étape. 

Le maintien : La personne a changé son comportement depuis plus de 6 mois. Elle est confiante vis-à-vis son comportement et connaît les stratégies pour gérer les rechutes. 

Le kinésiologue qui vous évaluera sera en mesure d’identifier le stade de changement de comportement et choisira une intervention adaptée pour toutes les étapes.  

 

La rechute

Saviez-vous qu’une personne rechute en moyenne 7 fois avant d’adopter un nouveau comportement pour de bon ? Il est donc normal de passer par cette étape qui peut sembler décourageante aux premiers abords. Le rôle du kinésiologue est de prévenir la rechute ou vous accompagner vers de nouvelles stratégies pour reprendre l’entraînement dans l’éventualité où elle survient. 

 

À qui ça s’adresse 

Toute personne ayant un nouvel objectif d’entraînement ou encore, ayant une baisse de motivation par rapport à son objectif actuel. Si vous souhaitez vous remettre en forme, mais vous ne savez pas par où commencer ou vos précédentes tentatives ont toutes échouées, ce service est pour vous.  

 

Voici quelques exemples de motifs pour vouloir utiliser le service d’entretien motivationnel en kinésiologie :  

  • Essayer une nouvelle activité physique; 
  • Recommencer un sport; 
  • Se remettre en forme; 
  • Augmenter vos paramètres d’entraînement (fréquence, durée et/ou intensité) 
  • Maintenir votre pratique actuelle de façon régulière. 

 

Comment se déroulent les rencontres 

Évaluation initiale (1h) 

La première séance en est une de counseling où le kinésiologue évalue votre stade de changement de comportement pour vous guider vers la meilleure intervention possible. Ensuite, il vous amènera à nommer ce qui vous motive à bouger. Finalement, vous établirez un plan d’action concret qui prend en compte les obstacles qui pourraient vous empêcher d’atteindre votre objectif, qui aura été identifié durant la séance. Notez qu’il est toujours possible de prendre rendez-vous pour une évaluation de la condition physique et la remise d’un plan d’entraînement si cela est nécessaire suite au premier rendez-vous. 

 

Suivi téléphonique (15 à 30 min) 

Pour s’assurer du bon déroulement de votre plan d’action, un suivi téléphonique est effectué après 2 semaines. Si votre plan ne fonctionne pas pour une quelconque raison, il sera possible de le modifier à ce moment. 

 

Suivi en clinique (45 min) 

Le deuxième suivi en clinique permet d’évaluer si votre objectif a été atteint. Dans l’éventualité où il a été atteint, il est possible d’en fixer un nouveau et d’établir un nouveau plan. Si non, une révision du plan initial s’impose et des solutions sont mises en place pour surmonter ce qui vous a empêché d’atteindre votre but. 

 

Ce programme est offert dans les cliniques suivantes : 

  • Axo Physio Val Bélair 
  • Axo Physio Pont-Rouge 

 

Pour en savoir plus 

Pour en savoir davantage et connaître des exemples concrets à propos de la pratique du kinésiologue en lien avec l’utilisation de l’entretien motivationnel en kinésiologie, vous pouvez consulter notre article de blog à ce sujet : Incorporer l’activité physique dans sa routine hebdomadaire à long terme – (axophysio.com) 

 

Sources : 

 Bédard, J. (2009), 3 minutes pour changer un comportement, Québec. 

 Godin, G. (2012), Les Comportements dans le domaine de la santé : comprendre pour mieux intervenirPRESSES DE L’UNIVERSITE DE MONTREAL. 

 Lavoie, K. (2017), Comment motiver les patients à changer leurs habitudes de vie: Les bases théoriques de la communication motivationnelle, Symposium, Québec. 

 Rollnick, S. et R. Miller, W. (2013), L’entretien motivationnel : aider la personne à engager le changement, (2), InterEditions. 

 Romain, A. J., Chevance, G., Caudroit, J., & Bernard, P. (2016). Le modèle transthéorique: description, intérêts et application dans la motivation à l’activité physique auprès de populations en surcharge pondérale. Obésité, 11(1), 47-55.